MPP Email Update for December 3

We send out a weekly MPP email update, with news on what's happening in our city, province and country. Read this week's newsletter below, and click here to sign up for our newsletter to receive it directly in your inbox every week. 

Ontario needs $10/day child care now

There are historic moments in Canadian politics, and one is happening now. 

For decades, child care advocates have been pushing for dramatic expansion of non-profit, high-quality child care — the kind that gives every kid a great start, and offers early childhood educators the respect they deserve. 

Now we are on the cusp of a major change. The federal government has signed agreements with eight provinces and one territory for a national $10/day child care program. Two provinces and two territories are holdouts.  

The Ford Government is among this group. They say more “negotiating” must be done for Ontario to get its “fair share” in federal funding. Stephen Lecce, Ontario’s Education Minister, is calling for a deal that “…is flexible to respond to the unique needs of every parent, not a one-size-fits-all approach.” 

If Canada’s debate on child care tells us anything, it is this: beware those politicians who call for “flexibility” over funding to create good child care spaces, and decent wages for early child care educators. Let me explain. 

Up until the mid-1990s, governments passed the buck on child care. They said parents wanted “flexibility”, so they implemented modest child care tax credits. Fees rose, few child care spaces were created, and parents assumed second mortgages in child care costs. Many women avoided paid employment altogether. 

But in 1997, Quebec started a $5/day universal child care system (though fees have increased since). The system more than pays for itself by generating high labour force participation for women (and taxes for public programs). Quebec is now tied with Switzerland in holding the highest labour force participation for women in the world. 

The Quebec model has shamed any politician who believes we can’t create affordable, high-quality child care. Generations of child care leaders trumpeted the economic and social benefits of a great start for every kid. Some policy wonks nodded, and several politicians said kind things, but little changed. 

But the experience of COVID-19 disrupted that inertia. Parents working from home and juggling the virtual-schooling of their kids instantly realized (if they hadn’t before) that child care was critical infrastructure. Compelling parents to manage work and kids was a recipe for emotional implosion, we were all in the same boat. 

And so today, for the first time ever, we have business groupslabour groups, and governments aligned on the need for ambitious moves on child care. But the Ford Government still trots out the old excuses, and that is unacceptable. 

So join me in telling Education Minister Lecce to stop stalling, and to bring $10/day child care to Ontario. Tell him we need a system that gives every child a great start, and offers hard-working staff the compensation and respect they deserve. 

My very best,

Joel

--

Rent Stabilization Act Vote 

Last Monday, our co-sponsored Rent Stabilization Act to implement rent control between and during vacancies so landlords can’t increase the price of a vacant unit by an unlimited amount came up for a second reading vote. The bill was defeated due to all PC MPPs who were present voting against it. 

Despite this setback, we will continue fighting for measures to address the housing crisis and make life more affordable for tenants. 

Booster Dose Eligibility Expanded 

In response to the COVID-19 variants, the province is expanding booster eligibility for Ontarians aged 50 and over and additional high-risk individuals. 

Starting on Monday, December 13, 2021 at 8:00 a.m., individuals aged 50 and over will be eligible to schedule their booster dose appointment through the COVID-19 vaccination portal, by calling the Provincial Vaccine Contact Centre, through Indigenous-led vaccination clinics, select pharmacies and primary care settings. Appointments will be booked for approximately six months (168 days) after a second dose.

In addition, due to a higher risk of severe illness from COVID-19, effective immediately individuals receiving dialysis (hemodialysis or peritoneal dialysis) are eligible to receive a third dose of the COVID-19 vaccine if it has been 56 days since their second dose. Also effective immediately, the province is recommending re-vaccination with a new COVID-19 vaccine primary series post-transplantation for individuals who receive hematopoietic stem cell transplants (HSCT), hematopoietic cell transplants (HCT) (autologous or allogeneic), and recipients of CAR-T-cell therapy, due to the loss of immunity following therapy or transplant.

Beginning in January, Ontario will further expand eligibility for booster doses based on age and risk, with an interval of six to eight months from the second dose.

Click here for more information.

$20 Minimum Wage 

With the cost of living rising and Ontarians being squeezed, our official opposition caucus leader Andrea Horwath put forward a plan for Ontario to increase the minimum wage over the next five years, to bring the minimum wage to $20 an year by 2026. 

This week at committee, while debating the government budget measures bill, my colleague Catherine Fife proposed amendments to the bill which would have put Ontarians on the path to a $20 minimum wage, but unfortunately the government voted down the amendment while the sole Liberal caucus member of the committee abstained. 

I know that an increase in minimum wage will have a significant impact on the lives of Ontarians, and this is something we will keep pushing for. 

International Day for People with Disabilities 

Today, on the International Day for Persons with Disabilities, we honour the contributions made by people with disabilities and the disability rights movement.

While today is a day to celebrate these accomplishments, it’s also tinged with sadness. Yesterday, we learned from our friends at the that Accessibility for Ontarians with Disabilities Act Alliance that Ontario will fail in its legal duty to achieve full accessibility for 2.6 million people with disabilities by 2025.

Let this serve as a wake up call to act with far greater urgency in eliminating barriers, implementing the Onley Report's accessibility recommendations, and raising inadequate ODSP rates so people with disabilities can live their fullest lives.

Messages from our Community

Bereaved Families of Ontario Candlelight Remembrance Ceremony

The holidays are a tough time for many people in Ottawa. If you’ve lost a loved one during the pandemic, they are likely even tougher still. This coming Sunday, December 19, from 5-6 pm, the Ottawa community will gather together to remember and honour their loved ones at BFO Ottawa’s Candlelight Remembrance Ceremony, taking place inside Beechwood’s Sacred Space.

People can choose to attend the ceremony either in person or to watch it virtually from the comfort of their own homes. Everyone attending will be invited to light a candle in memory of their loved one.

To purchase a ticket to this uplifting community event, visit: http://tiny.cc/2wsluz


Il y a des moments historiques dans la politique canadienne, et il y en a un qui se produit maintenant.

Depuis des décennies, les défenseurs des services de garde d'enfants font pression pour une expansion spectaculaire des services de garde d'enfants sans but lucratif et de haute qualité - le genre de service qui donne à chaque enfant un bon départ et qui offre aux éducateurs de la petite enfance le respect qu'ils méritent.

Nous sommes maintenant à l'aube d'un changement majeur. Le gouvernement fédéral a signé des accords avec huit provinces et un territoire pour un programme national de services de garde à 10 $ par jour. Deux provinces et deux territoires font de la résistance.  

Le gouvernement Ford fait partie de ce groupe. Il affirme qu'il faut encore « négocier » pour que l'Ontario obtienne sa « juste part » du financement fédéral. Stephen Lecce, ministre de l'Éducation de l'Ontario, réclame un accord qui « ... est flexible pour répondre aux besoins uniques de chaque parent, et non une approche unique ».

Si le débat canadien sur les services de garde d'enfants nous apprend quelque chose, c'est ceci : méfiez-vous des politiciens qui réclament de la « flexibilité » par rapport au financement pour créer de bonnes places en garderie, et des salaires décents pour les éducateurs de jeunes enfants. Je m'explique.

Jusqu'au milieu des années 1990, les gouvernements se renvoyaient la balle en matière de garde d'enfants. Ils disaient que les parents voulaient de la « flexibilité », alors ils ont mis en place de modestes crédits d'impôt pour la garde d'enfants. Les frais ont augmenté, peu de places en garderie ont été créées et les parents ont assumé une deuxième hypothèque sur les frais de garde. De nombreuses femmes ont carrément évité le travail rémunéré.

Mais en 1997, le Québec a lancé un système universel de garde d'enfants à 5 $ par jour (bien que les frais aient augmenté depuis). Le système s'est plus que rentabilisé en générant une forte participation des femmes au marché du travail (et des impôts pour les programmes publics). Le Québec est maintenant à égalité avec la Suisse pour le plus haut taux de femmes dans la population active.

Le modèle québécois a fait honte à tout politicien qui croit que nous ne pouvons pas créer des services de garde abordables et de qualité. Des générations de leaders en matière de garde d'enfants ont vanté les avantages économiques et sociaux d'un bon départ pour chaque enfant. Certains experts en politique ont acquiescé, et plusieurs politiciens ont tenu des propos aimables, mais peu de choses ont changé.

Mais l'expérience de COVID-19 a bouleversé cette inertie. Les parents travaillant à domicile et jonglant avec l'école virtuelle de leurs enfants ont instantanément réalisé (s'ils ne l'avaient pas fait auparavant) que la garde d'enfants était une infrastructure essentielle. Obliger les parents à gérer le travail et les enfants était une recette pour l'implosion émotionnelle, nous étions tous dans le même bateau.

Ainsi, aujourd'hui, pour la toute première fois, les groupes d'affairesles syndicats et les gouvernements s'entendent sur la nécessité de prendre des mesures ambitieuses en matière de garde d'enfants. Mais le gouvernement Ford continue de sortir les vieilles excuses, et c'est inacceptable.

Joignez-vous donc à moi pour dire au ministre de l'Éducation, M. Lecce, de cesser de tergiverser et d'offrir des services de garde d'enfants à 10 $ par jour en Ontario. Dites-lui que nous avons besoin d'un système qui donne à chaque enfant un bon départ et qui offre au personnel qui travaille dur la rémunération et le respect qu'il mérite.

Mes meilleurs voeux,

Joel 

--

Vote sur la Loi sur la stabilisation des loyers

Lundi dernier, la Loi sur la stabilisation des loyers que nous avons coparrainée et qui vise à mettre en œuvre un contrôle des loyers entre et pendant les périodes de vacance afin que les propriétaires ne puissent pas augmenter le prix d'un logement vacant d'un montant illimité a fait l'objet d'un vote en deuxième lecture. Le projet de loi a été rejeté parce que tous les députés PC qui étaient présents ont voté contre.

Malgré ce revers, nous continuerons à lutter pour des mesures visant à résoudre la crise du logement et à rendre la vie plus abordable pour les locataires.

Élargissement de l'admissibilité à la dose de rappel

En réponse aux variantes du COVID-19, la province élargit l'admissibilité aux doses de rappel pour les Ontariens âgés de 50 ans et plus et pour d'autres personnes à risque élevé.

À compter du lundi 13 décembre 2021 à 8 h, les personnes âgées de 50 ans et plus pourront prendre rendez-vous pour leur dose de rappel par le biais du portail de vaccination COVID-19, en appelant le Centre provincial de contact pour les vaccins, dans les cliniques de vaccination dirigées par des Autochtones, dans certaines pharmacies et dans les établissements de soins primaires. Les rendez-vous seront pris environ six mois (168 jours) après la deuxième dose.

De plus, en raison d'un risque plus élevé de maladie grave causée par le COVID-19, à compter d'aujourd'hui, les personnes sous dialyse (hémodialyse ou dialyse péritonéale) peuvent recevoir une troisième dose du vaccin COVID-19 si 56 jours se sont écoulés depuis leur deuxième dose. En outre, à compter d'aujourd'hui, la province recommande la revaccination avec une nouvelle série primaire du vaccin COVID-19 après une transplantation pour les personnes qui reçoivent une greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH), une greffe de cellules hématopoïétiques (GCH) (autologue ou allogénique) et les receveurs d'une thérapie par cellules CAR-T, en raison de la perte d'immunité après la thérapie ou la transplantation.

À partir de janvier, l'Ontario élargira encore l'admissibilité aux doses de rappel en fonction de l'âge et du risque, avec un intervalle de six à huit mois après la deuxième dose.

Cliquez ici pour plus d'informations.

Salaire minimum de 20 dollars

Compte tenu de l'augmentation du coût de la vie et de la pression exercée sur les Ontariens, la chef de notre caucus d'opposition officielle, Andrea Horwath, a présenté un plan pour que l'Ontario augmente le salaire minimum au cours des cinq prochaines années, afin de porter le salaire minimum à 20 $ par an d'ici 2026.

Cette semaine, au comité, lors du débat sur le projet de loi sur les mesures budgétaires du gouvernement, ma collègue Catherine Fife a proposé des amendements au projet de loi qui auraient mis les Ontariens sur la voie d'un salaire minimum de 20 $, mais malheureusement, le gouvernement a rejeté l'amendement alors que le seul membre du caucus libéral du comité s'est abstenu.

Je sais qu'une augmentation du salaire minimum aura un impact important sur la vie des Ontariens, et c'est une chose pour laquelle nous continuerons à faire pression.

Journée internationale des personnes handicapées

Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, nous rendons hommage aux contributions des personnes handicapées et du mouvement de défense des droits des personnes handicapées.

Si cette journée est l'occasion de célébrer ces réalisations, elle est également teintée de tristesse. Hier, nos amis de l'Alliance pour la Loi sur l'accessibilité des personnes handicapées de l'Ontario nous ont appris que l'Ontario ne s'acquittera pas de son obligation légale de réaliser la pleine accessibilité pour 2,6 millions de personnes handicapées d'ici 2025.

Que cela serve de signal d'alarme pour agir avec beaucoup plus d'urgence dans l'élimination des obstacles, la mise en œuvre des recommandations du rapport Onley sur l'accessibilité et l'augmentation des taux inadéquats du POSPH afin que les personnes handicapées puissent vivre pleinement leur vie.

Informations de notre communauté

Cérémonie de commémoration à la chandelle pour les familles endeuillées de l'Ontario

Le temps des Fêtes est une période difficile pour de nombreuses personnes à Ottawa. Si vous avez perdu un être cher pendant la pandémie, elles sont probablement encore plus difficiles. Le dimanche 19 décembre prochain, de 17 h à 18 h, la communauté d'Ottawa se réunira pour se souvenir et honorer ses proches lors de la cérémonie commémorative à la chandelle de la BFO Ottawa, qui aura lieu dans l'Espace sacré de Beechwood.

Les gens peuvent choisir d'assister à la cérémonie en personne ou de la regarder virtuellement dans le confort de leur foyer. Toutes les personnes présentes seront invitées à allumer une bougie en mémoire d'un être cher.

Pour acheter un billet pour cet événement communautaire édifiant, rendez-vous sur le site http://tiny.cc/2wsluz.

Get Involved

Take Action
Volunteer
Make a DONATION

Social Media

Give what you can

Address: PO Box 4312, Ottawa, ON K1Y 2V7